Claude NICOLET

Le site de

Jean-Pierre ChevènementA l'heure où les djihadistes sont en capacitéde faire main basse sur l'Irak. A l'heure où ils clament leur volonté de créer un Etat islamiste au Levant (Irak, Syrie, Liban, Jordanie et Palestine), il est possible de mesurer les conséquences politiques et stratégiques des projets fous portés par les Etats Unis d'Amérique depuis la guerre du Golfe en 1991.

On se souvient à l'époque de la démission de Jean-Pierre Chevènement alors ministre de la défense de François MItterrand.  Au nom "d'une certaine idée de la France", il avait refusé de cautionner cette aventure guerrière qui selon lui n'aurait comme seul résultat que de "fouetter l'intégrisme islamiste." Vingt ans plus tard nous mesurons l'étendu du désastre. Que n'avons-nous entendu à l'époque. En particulier de la part de celles et ceux qui masquaient leur conformisme et leur incapacité à développer une pensée stratégique, derrière des postures de matamores. Où sont-ils aujourd'hui?

Les néo-conservateurs de tous poils et leurs valets, notamment en France, n'ont eu de cesse de mettre de l'huile sur le feu. Les entreprises coloniales et même criminelles de la deuxième administration Bush ont plongé tout le Proche et le Moyen-Orient dans le chaos. Sous couvert "d'exportation de la démocratie", la vraie volonté était de "ramener l'Irak à l'âge de pierre" en réalisant au passage de juteux profits grâce à la privatisation de la guerre.

Aujourd'hui, une entité intégriste, pouvant bénéficier de la continuité territoriale est en cours de constitution sur le flanc Sud-Est du continent européen. Entité mafieuse, sectaire et en partie fanatisée. Si on ajoute à cela, les mouvements djihadistes de l'Afrique subsaharienne, sans oublier l'attirance pour une partie de la jeunesse occidentale de ces mouvements extrêmistes, il ne faut pas être grand clerc pour mesurer le danger géo-stratégique et géo-politique que cela représente.

Nous devons hélas nous préparer aux conséquences de ces politiques irresponsables.

Il faut avoir une politique étrangère à la hauteur des périls qui nous menacent. La France doit retrouver toute la puissance de sa voix. C'est à dire dans un premier temps et dans l'urgence:

-L'effort de défense de la France doit être maintenu et même accru. Bruxelles sera bien content le moment venu d'avoir une armée française en capacité de sauver ce qui pourra l'être.

-Rompre avec cette russophobie ambiante et imbécile totalement contre-productive pour les intérêts de la France.

-Mettre sur pied un véritable partenariat franco-méditerranéen, notamment avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, qui doivent être des partenaires stratégiques pour la France. 

-Repenser notre politique migratoire avec la rive Sud de la Méditerranée. Elle est à bout de souffle.

-Avancer résolument sur le réglement de la création de l'Etat de Palestine que la France doit reconnaître. S'il le faut unilatéralement. Soutenir et travailler avec le nouveau gouvernement d'Union nationale palestinien. C'est l'une des conditions pour amoindrir les dangers qui s'accumulent sur Israël.

-Lancer un partenariat stratégique avec l'Iran sur le nucléaire civil. 

Il convient aujourd'hui d'avancer rapidement, je crains que nous n'ayons plus le luxe de mener des politiques à l'eau tiède.

 

Claude NICOLET

Premier secrétaire du MRC Nord

Secrétaire national du MRC chargé de la Laïcité  et de la Citoyenneté.

Conseiller régional Nord Pas de Calais.